Passer aux informations produits
  • Pochette de : TOUTE CHOSE VISIBLE - MALADE[S] (CD)
1 sur 1

TOUTE CHOSE VISIBLE - MALADE[S] (CD)

Genre : N.C
Sortie le 2019-04-26 en ALBUM CD
sur le Label SALAMAH PRODUCTIONS

Prix habituel €11,50 EUR
Prix habituel €11,50 EUR Prix soldé €11,50 EUR
Vente Épuisé
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.
format :

Venus à Rennes pour leurs études il y a une dizaine d'année, Louise Goupil et Tanguy Moaligou se lient d'amitié et deviennent colocataires, occasion de partager leurs influences à l'âge où les cultures musicales se forgent, s'affirment, s'ouvrent (parfois), se cristallisent, s'enferment aussi (trop souvent). Assez de terrains communs et des parcours contrastés, voilà qui sans doute contribue à expliquer comment les deux membres du duo Malade[s] se situent à la distance idéale l'une de l'autre. Guitariste autodidacte biberonné au post-rock de Mogwaï ou de Slint voire au rock progressif, Tanguy Moaligou officie au sein du groupe Cerf Boiteux qui s'inscrit dans cette lignée. C'est un passionné d'électronique qui va jusqu'à fabriquer lui-même ses pédales d'effet. Louise Goupil quant à elle vient d'un parcours académique classique (piano puis clarinette) dont elle a dérivé pour se frotter aux musiques trad (bretonnes puis klezmer et balkaniques) et à la chanson aux cotés de Camille Hardouin. C'est en autodidacte elle aussi qu'elle se forme au sax tenor mais égalementi à la MAO et au sampling. Notons qu'elle est également chercheuse, s'intéressant depuis sa thèse à l'improvisation libre (ie. sans trame harmonique ou rythmique), et plus généralement à la manière dont on communique avec les sons Si Godspeed you! Black Emperor, The Ex, A Silver Mount Zion ou encore James Holden et Modeselektor constituent le terreau culturel commun du duo, c'est pourtant de Chapelier Fou que pourrait se rapprocher le plus la musique de Malade[s], principalement par son attirance assumée pour les logiques complexes et pleines de sens se cachant derrière la réalité, la façade. Le titre introductif qui donne son nom à ce premier album l'exprime bien : Toute Chose Visible et ce sample tiré d'une interview de René Magritte dont l'ombre plane également sur le visuel du disque. Une electro intelligente et pourtant viscérale, profonde mais immédiate, inconsciemment érudite et redoutablement accessible au demeurant : Malade[s] signe avec Toute Chose Visible un premier album qui ne manque pas de cachet.